Georges BRASSENS, Celui qui a mal tourné

Oncle Archibald, 1957

Il y avait des temps et des temps
Qu'je n'm'étais pas servi d'mes dents
Qu'je n'mettais pas d'vin dans mon eau
Ni de charbon dans mon fourneau
Tous les croqu' morts silencieux
Me dévoraient déjà des yeux
Ma dernière heure allait sonner
C'est alors que j'ai mal tourné

N'y allant pas par quatre chemins
J'estourbis en un tournemain
En un coup de bûche excessif
Un noctambule en or massif
Les chats fourrésChats fourrés. - Dans son Cinquième Livre, Rabelais appelle les juges des chats fourrés. Voir aussi La Fontaine, Le Chat, la Belette et le petit Lapin. quand ils l'ont su
M'ont posé la patte dessus
Pour m'envoyer à la Santé
Me refaire une honnêteté

Machin Chose Un tel Une telle
Tous ceux du commun des mortels
Furent d'avis que j'aurais dû
En bonn' justice être pendu
À la lanterneLanterne. - Fanal spécialement destiné à l'éclairage de la voie publique. Les aristocrates à la lanterne! refrain révolutionnaire du 'Ça ira', demandant de pendre les aristocrates à la corde d'une lanterne. et sur-le-champ
I’ s'voyaient déjà partageant
Ma corde en tout bien tout honneur
En guise de porte-bonheur

Au bout d'un siècle on m'a jeté
À la porte de la Santé
Comme je suis sentimental
Je retourne au quartier natal
Baissant le nez rasant les murs
Mal à l'aise sur mes fémurs
M'attendant à voir les humains
Se détourner de mon chemin

Y'en a un qui m'a dit Salut
Te revoir on n'y comptait plus
Y'en a un qui m'a demandé
Des nouvelles de ma santé
Lors j'ai vu qu'il restait encor
Du monde et du beau mond' sur terre
Et j'ai pleuré le cul par terre
Toutes les larmes de mon corps





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires