Pierre LOUŸS, "Ah ! que je t'aime, Mnasidika…"

Les Chansons secrètes de Bilitis, 1938

Ah ! que je t'aime, Mnasidika, plus que le souvenir de ma vie. Je t'aime parce que tu as une vulve brûlante, et une bouche infatigable pour le baiser que je veux.

Ouvre les genoux : Je te couvre. Donne-moi tes lèvres et ta langue. Crispe tes dix doigts sur mes fesses. Foule tes seins contre les miens.

M'y voici : Nos vulves s'appliquent et se froissent et se heurtent. Étreins-moi comme je t'étreins ! Elles clapotent, entends-tu ? Mnasidika, nos jouissances se mêlent !

Je suis ton amant ! Je te possède ! Ah ! Si j'étais fille de KyprisKypris. - Autre nom d'Aphrodite, "Cypris qui sur tous les dieux lance la douceur du désir et qui a soumis les tribus de ceux qui meurent, les hommes, et les oiseaux qui volent dans le ciel et toutes les bêtes, et tout ce que nourrit la terre ou encore l'océan."
(Hésiode, Hymne pour Aphrodite).
, sans doute elle me donnerait la virilité, et nos tentatives acharnées ne seraient pas jeux de petits enfants.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires