Paul SCARRON, Stances pour le cul de Madame

Suite des œuvres burlesques, 1655






On ne vous verra plus en posture de pie

Au grand plaisir de tous, et de votre jarret ;
Votre cul, qui doit être un des beaux culs de France,

A reçu chez la Reine enfin le tabouret.

Comme on connaît souvent une chose pour l'autre,

J'ai connu le destin, voyant votre beau nez ;
Et sans être devin, j'ai prédit que sans doute

Serait vu dans le rang de nos culs couronnés.

Notre Reine, princesse aussi juste que sage,

Un cul plein de mérite et très homme de bien,
Tandis que d'autres culs sont assis à leur aise

Debout ou mal assis comme un cul bon à rien.

Ce cul de satin blanc, dont sans doute la face

Devait assurément être un cul duc et pair ;
Car qu'aurait-on pensé de ce qu'un cul si sage,

N'eût pas eu chez la Reine où reposer sa chair ?

Que les hommes n'ont pas pareille destinée !

Sous un astre puissant et favorable aux culs !
Tandis que le vôtre est, près de ceux des princesses,

Le nôtre n'est assis que sur deux os pointus.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com