Guillaume APOLLINAIRE, Signe

Alcools, 1913

Je suis soumis au Chef du Signe de l’Automne
Partant j’aime les fruits je déteste les fleurs
Je regrette chacun des baisers que je donne
Tel un noyer gauléBattu comme un arbre avec une gaule pour en faire tomber les fruits. dit au vent ses douleurs

Mon Automne éternelle ô ma saison mentale
Les mains des amantes d’antan jonchent ton sol
Une épouse me suit c’est mon ombre fatale
Les colombes ce soir prennent leur dernier vol





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires