Paul SCARRON, Sur le portrait de Monsieur Scarron

Le Testament de Monsieur Scarron, son épitaphe et son portrait en vers burlesques, 1660






Sur le portrait
de Monsieur
Scarron

Toi qui vois dans cette Peinture
Un plus bel esprit que Caton
Sous le portrait d'un avorton,
Sache, Lecteur, que la Nature
Mit son pouvoir et son crédit
Pour rendre parfait cet esprit,
Si bien que dans ce grand Génie
Ayant épuisé ses trésors,
Sa puissance se vit finie
Sans pouvoir achever le corps.

Sur le même
Portrait
En Vers Burlesques

Alors que Nature entreprit,
Par l'ordre du Lance-tonnerre,
De faire le plus bel esprit
Qui fût jamais dessus la terre,

Elle en vint enfin à l'effet,
Mais voulant donner davantage,
Pour rendre son œuvre parfait,
Au bel esprit un beau visage.

Le même Jupiter jaloux
D'un esprit tout rempli de flammes
Lui fit cesser tout en courroux
La façon de si belles âmes.

Et de peur qu'il ne pénétrât
Dans les secrets de l'Empyrée,
Il lui cria : "Non plus ultra,
Il a l'âme assez éclairée."

Soudain la Nature à ces mots
Quitta cette imparfaite trogne,
Et de sa chair fit un chaos,
N'osant achever sa besogne.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com