Antoine de BERTIN, Romance

Almanach des Muses, 1778






Lison guettait une fauvette
Dans un buisson ;
Tout auprès, l'Amour en cachette
Guettait Lison.
L'oiseau s'enfuit : l'autre, surprise
Par un amant,
Au trébuchet se trouva prise,
Ne sais comment.

"Laissez-moi rejoindre ma mère
À la moisson.
— Il me faut deux baisers, ma chère,
Pour ta rançon."
La belle fit, pour se défendre,
Un mouvement.
Mais Lucas eut l'art de les prendre,
Ne sais comment.

"Je sens la volupté secrète
D'un baiser pris :
Mais ceux que donne une fillette
Ont plus de prix."
Lison soupire et s'abandonne
Au sentiment,
Reprend les baisers, les lui donne,
Ne sais comment.

"Que je prenne encor cette rose
Sur ton beau sein !
— Non, finissez ; non, je m'oppose
À ce larcin."
Elle s'opposa, la pauvrette,
Si tendrement,
Qu'on lui prit sa fleur sur l'herbette,
Ne sais comment.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Les Amours

© Gabkal.Com