• Les tout premiers progrès des tout premiers auteurs

Les Pages savantes


Divagaisons



"Le Savoir est à l’Ignorance ce que l’Aigle royale est à la Drosophile honteuse."

SIPHON d’ELLÉBORE, Zoométrique fondamentale, 666,5 av. J.C.



Siècle après siècle, la religion fait des progrès considérables.

L’hygiène aussi.

Pas un village, désormais, qui n’ait sa petite église à côté des latrines publiques. Chaque église, elle, a son cantique, composé en l’honneur du saint local.

Les rois organisent des concours de cantiques une fois par an, en principe, au moment des vendanges.

Les meilleurs auteurs gagnent des billets pour les croisades. Ils se rendent à Jérusalem et autres lieux semblables pour « occire » les poètes sarrasins qui, dans leurs œuvres, se moquent « du bon Iésus ». Ils reviennent parfois, quand ils ont le mal du pays, et se reconvertissent dans le trafic du C'est une arme à double tranchant fort appréciée des combattants de ce temps-là, qui s'en servaient pour tuer l'ennemi sans cesser pour autant de se raser la barbe et, parfois, la chevelure..

Le voyageur le plus célèbre de l’époque se nomme Villehardouin.

Il est allé jusqu’à Constantinople, qui se trouve alors en Turquie, croyant y rencontrer le Pape.

Le poète le plus célèbre de l’époque s’appelle Charles.

Pour le distinguer de quelques homonymes, on le désigne sous le nom de Charles d’Orléans. Mais on pourrait aussi bien l’appeler Charles Martel.

Ou même Charles Aznavour.

C’est lui qui a composé l’ode fameuse qui s’intitule Rappelons-en les premiers vers, si frais, si délicats :
Avec m’amie,
Au gué !
Je me suis balladé.
M’amie était jolie,
Au gué !
L’était jolie, m’amie,
Hé, hé !
.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com