Retour 

Tristan L'HERMITE

1601-1655






Voir le
Catalogue





Né dans une famille de bonne noblesse qui sera progressivement ruinée par les imprudences de son père, il se nomme François L’HERMITE et deviendra Tristan quand il commencera à publier. Il est, dès l’âge de cinq ans, introduit comme page auprès du petit Henri de Bourbon-Verneuil, un fils naturel d’Henri IV. Dans le roman autobiographique Le Page disgracié qui paraîtra en 1643, il raconte des aventures qu’il aurait vécues dans sa jeunesse à la suite d’un duel, aventures dont l’authenticité n’a pas été prouvée. On le retrouve en 1620-1621 au service de Louis XIII qui combat les huguenots du Sud-Ouest. Un an plus tard, il entre dans la maison de Gaston d’Orléans, le frère du roi, dont l’existence hasardeuse ne stabilise guère sa situation. Beaucoup plus tard, il deviendra gentilhomme du duc de Guise, dont la protection ne sera pas plus fiable. Depuis 1627, il est atteint d’un « mal de poumon » qui ne cesse d’empirer. Il connaît le succès en 1637 avec sa tragédie Mariamne, que d’autres pièces suivront durant une dizaine d’années. Il publie aussi des Amours de Tristan en 1638. En 1649, sept ans après la mort de Richelieu, le chancelier Séguier le fait élire à l’Académie française, à laquelle le cardinal lui avait toujours refusé l’accès. Il soutient enfin le poète Quinault et sa comédie Le Parasite qu’il signera de son propre nom, en 1653, pour en assurer la réussite.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email


Voir tous les Commentaires




© Gabkal.Com