Tristan L'HERMITE, L'Humeur ingrate

Poésies galantes et héroïques du sieur Tristan L'Hermite, 1662






Par la malignité d'une Étoile inconnue,
Dont le pouvoir s'applique à me tyranniser,
En adorant Philis, je m'en fais mépriser,
Et plus mon feu s'accroît, plus le sien diminue.

S'il faut qu'à s'augmenter sa froideur continue
À l'envi de l'ardeur qui me vint embraser,
Je ne crois pas jamais en avoir un baiser,
Ni lui voir seulement une main toute nue.

Après tant de soupirs et de pleurs répandus,
Après tant de loisirs et de pas dépendus,
Voilà ce que remporte une amour si fidèle.

Et son ingrate humeur me réduit à tel point,
Que mon dernier secret, pour me faire aimer d'elle,
C'est de faire semblant que je ne l'aime point.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


(En préparation)

© Gabkal.Com