• Pierre de RONSARD, "Comme on voit sur ta lèvre..." (Version A)

Esquisses et premiers Jets


Divagaisons



"Gloire à vous, gens de lettres."

Madame EUGÈNE (Fleuriste funéraire), Harangue proférée un 1er avril sur la tombe retrouvée de Johannes Gutenberg



Vindicatif, Ronsard l'était sans aucun doute. Ou bien s'étant pris de passion pour Dieu sait quelle mégère peu soignée de sa personne, il eut à regretter sa faiblesse et tâcha d'y remédier en se faisant féroce.

 

Comme on voit sur ta lèvre, au mois de mai, des choses
Qui soulèvent le cœur et font un tel dégoût
Qu'on croirait regarder une bouche d'égout,
Imitant les amants des cloaques moroses –

Les odeurs qu'elles ont produiraient des névroses
Même chez les damnés dont rien ne vient à bout,
Mais, gâtées par le temps qui triomphe de tout,
Elles devront subir d'autres métamorphoses – ,

Ainsi quand tu verras, sous l'effet des saisons,
Se rapprocher la mort qui sèche les boutons,
Tu diras : "Vivement que je me décompose !

Ma chair, en pourrissant, finira tous mes maux.
À longueur de journée j'astiquerai mes os,
Afin que mon squelette ait l'air de quelque chose !"





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com