• Le Mouvement philosophique

Les Pages savantes


Divagaisons



"Le Savoir est à l’Ignorance ce que l’Aigle royale est à la Drosophile honteuse."

SIPHON d’ELLÉBORE, Zoométrique fondamentale, 666,5 av. J.C.



Au dix-huitième siècle, les écrivains deviennent des philosophes. On ne s’explique pas comment. La thèse d’une effervescence chromosomique généralisée n’a jamais été prouvée. Il n’est pas prouvé non plus que tous les philosophes aient été engendrés par un même père, René Descartes, ni portés par une seule mère, Julie de Lespinasse.

On a dénombré jusqu’à huit cent sept philosophes ayant vécu à cette époque-là, dont huit cent trois ont fini par mourir. Les quatre autres, à savoir Montesquieu, Voltaire, Rousseau et Diderot, sont devenus immortels.

Ces écrivains écrivaient beaucoup à leurs amis, à leurs parents et à leurs Bel exemple de zoophilie, qui prouve que les Philosophes avaient lu La Fontaine.. Ils échangèrent une abondante correspondance dont le va-et-vient incessant a donné naissance à l’expression de Les philosophes ont traité trois questions essentielles : celle du climat, celle des antipodes, celle de la religion des moines tibétains, qui sont les Bolchéviques de l’époque. Selon Montesquieu, le climat explique tout, en particulier l’insécurité qui règne dans les grandes villes. Pour Voltaire, les grandes villes prouvent plutôt que les hommes avancent vivement sur la voie de la civilisation, «car, écrit-il à Rousseau, dans chacune de nos cités on ne compte plus le nombre de coiffeurs diplômés». La réplique de Rousseau a été cinglante. «L’homme qui pense, écrit-il à Diderot, ne mérite pas même le nom d’anthropopithèque ; à peine le peut-on distinguer du rat d'eau primitif». Diderot, lui, s’emploie à dé-montrer le contraire et sa réciproque. « De là je conclus, écrit-il à Voltaire, que nous ne sommes pas des imbéciles ». Et il ajoute, dans une lettre adressée à Rousseau : « Nous marchons, mon ami, nous marchons ! L’esprit de notre siècle volera jusqu’aux rives des temps futurs ; il y fera son nid ; il y pondra ses œufs. On dira que nous avions raison de combattre la superstition. Car la superstition est à la raison ce que la poudre est aux yeux. Soyez-en persuadé, et mouchez-vous dans la dentelle »..

La question des antipodes a fait l’unanimité chez les philosophes. Celle des moines tibétains aussi. Pas celle du climat. D’où la publication d’un ouvrage collectif qu’on appelle L’Encyclopédie.

L’Encyclopédie comporte 8059 articles rangés dans l’C'est l'ordre dans lequel on procède quand on revient de z à a, et réciproquement.. 4 articles traitent du climat. 2613, de la localisation des antipodes. 1533, des erreurs qu’on a commises sur ce sujet. 3902, du meilleur itinéraire à emprunter pour s’y rendre.

Les 7 articles restants sont consacrés aux moines tibétains. On y trouve des considérations toutes neuves pour l’époque sur l’habillement, la nourriture, la tonte et la reproduction de ces religieux qui fascinèrent l’Europe.

À la mort des philosophes, le monde entier, peut-on dire, était prêt à s’engager dans la Révolution. Elle commença en France, ce qui fait honneur à nos principes.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com