• Grandeur et décadence du Romantisme

Les Pages savantes


Divagaisons



"Le Savoir est à l’Ignorance ce que l’Aigle royale est à la Drosophile honteuse."

SIPHON d’ELLÉBORE, Zoométrique fondamentale, 666,5 av. J.C.



On raconte couramment que le Romantisme est né sous la Restauration, et qu’il s’est épanoui sous la Monarchie de Juillet.

C’est faux, dit le chercheur islandais Vhik-Thor-Mario Bohldevervehn qui s'est longuement penché sur la question.

À son avis, le Romantisme n’a jamais existé.

Les auteurs habituellement considérés comme des poètes romantiques n’ont pas vraiment vécu.

Ni le doux Lamartine, ni l'austère Vigny, ni le fringant Musset. Ni même le grand Hugo.

Tous ces noms ne seraient que des pseudonymes employés par une seule et même personne.

Une femme, pour tout dire, d’après certains indices.

En conséquence, on fera bien, selon V.-Th.-M. Bohldevervehn, de remplacer, partout où on les trouvera, les noms de Lamartine, Musset, etc. par celui de Madame X.

La lettre X sera tracée légèrement à la mine de plomb, en attendant que V.-Th.-M. Bohldevervehn reconnaît que la poésie de Madame X se caractérise difficilement, tant elle est abondante et variée. Il en signale néanmoins les tendances principales. C’est avant tout une poésie d’inspiration religieuse. En effet, chaque vers de Madame X commence par le mot Dieu et finit par le mot Dieu. D’autre part, les vers de Madame X sont toujours groupés par strophes de vingt-sept, et il est rare qu’ils riment à l’intérieur de chaque strophe. Enfin, l’esprit universel et polyglotte de Madame X fait qu’elle emploie une langue différente dans chaque vers, avec la traduction française en regard chaque fois que le vers signifie quelque chose. Les thèmes qu’elle semble traiter sont la fuite du temps et ce qu’il faut faire pour la réparer, la beauté de la nature aperçue à travers la lucarne de son cabinet de toilette, le culte du moi chez les indiens du Mozambique d’après les contes qu’elle lisait quand elle était jeunette. soit définitivement identifié.

Madame X aurait beaucoup travaillé, si l’on en croit les archives du Vatican. Elle aurait été la maîtresse de George Washington et de son successeur. Elle aurait laissé un journal intime qui n’a jamais été retrouvé, et dont l’auteur serait vraisemblablement son époux. Elle serait morte d’une coupure à l’oreille droite.

Elle serait née un mardi soir.

Elle se serait mariée un samedi matin.

Sa fille serait la première femme au monde qui ait réussi la traversée de l’Atlantique sur une planche à dessin. Grandeur du Romantisme.

Madame X aurait vécu environ cent deux ans. Ses dernières œuvres seraient de petites odes qu’elle consacra à exprimer les affres de la calvitie. Décadence du Romantisme.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com