• Paul VERLAINE, Une page de carnet

Esquisses et premiers Jets


Divagaisons



"Gloire à vous, gens de lettres."

Madame EUGÈNE (Fleuriste funéraire), Harangue proférée un 1er avril sur la tombe retrouvée de Johannes Gutenberg



Un carnet trouvé sur la personne de Verlaine après sa mort contient cette page émouvante, mais diablement énigmatique. On se demande en la lisant comment est mort, réellement, le pathétique Rimbaud.

 

14 août —.

Dix mois aujourd’hui que je suis sans nouvelles d’Arthur. Ce bougre-là fait son chemin. Encore, sur une seule patte !

La gangrène !

Sûr qu’on le verra tôt ou tard, toutes hontes bues, et plus vite que ça, dans quelque hospice de Marseille traînant sa misère, moins fier qu’un autre en somme, quémander l’amputation salvatrice.

Je ris — assurément.

C’était prédit, n’est-ce pas ? En quelque sorte. Et depuis longtemps.

Mais l’ange a fait la sourde oreille.

Folle vierge éclopée, tu reviendras. Au faux trot, cavale bancale. Âme bête, hue donc ! Arrive, barque soûle, que je t’apprenne un peu, sans malice et — ô pourtant — sans joie, où, incontinent, mettre l’accent grave.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com