• Guillaume APOLLINAIRE, Le pont Virago

Esquisses et premiers Jets


Divagaisons



"Gloire à vous, gens de lettres."

Madame EUGÈNE (Fleuriste funéraire), Harangue proférée un 1er avril sur la tombe retrouvée de Johannes Gutenberg



Amoureux s'il en fut, ce joli poète n'a jamais su se prémunir des ravages du temps, qui s'acharne à éteindre les plus belles flammes. Du moins, cela fit-il qu'un jour il composa ce véritable éloge de la consolation, dont on appréciera la tonalité parfaitement moderne.

 

Sous le pont Virago roule ma reine
Et ses mamours
Autant qu'il m'en souvienne
Elle en avait toujours la bouche pleine

Râle sans bruit C'est un leurre
Tout ça compte pour du beurre

Les yeux dans les yeux notons bien la trace
Des pas que nous
Faisons de bonne grâce
Au bord de l'eau qui bientôt les efface

Râle sans bruit C'est un leurre
Tout ça compte pour du beurre

L'amour ça va ça vient comme une rente
L'amour ça va
Comme ça se présente
Et comme la Bourse est désespérante

Râle sans bruit C'est un leurre
Tout ça compte pour du beurre

Passent les grues et passent les baleines
Ni coup pressé
Ni les regrets conviennent
Sous le pont Virago roule ma reine

Râle sans bruit C'est un leurre
Tout ça compte pour du beurre





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


© Gabkal.Com