Albert GLATIGNY, Les Rêves

Les Flèches d'or, 1864






À Arthur Bautier

J’ai rêvé la douceur des joyeuses caresses
Près de la femme aimée, au grand cœur, aux beaux yeux;
Les femmes, secouant les trésors de leurs tresses,
À mon noir abandon m'ont livré soucieux.

J'ai désiré la gloire. Ô haines vengeresses !
La gloire, dont j'aimais le spectre radieux,
A détourné de moi son bruit et ses ivresses
Et ne m'a rien fait voir que dédains oublieux.

J'ai voulu la richesse éclatante. La folle
Avait depuis longtemps choisi d'autres élus,
Et ne m'a pas donné seulement une oboleObole. - Très petite somme. :

Eh bien, éteignez-vous, ô désirs superflus !
Mais toi, qui seul a pu survivre à la tempête,
Dans mon cœur douloureux, Orgueil, lève la tête !





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Les Antres malsains

Vers les saules

© Gabkal.Com