Maurice ROLLINAT, L'Étoile du fou

Les Névroses, 1884






À force de songer, je suis au bout du songe ;
Mon pas n'avance plus pour le voyage humain,
Aujourd'hui comme hier, hier comme demain,
Rengaine de tourment, d'horreur et de mensonge !

Il me faut voir sans cesse, où que mon regard plonge,
En tous lieux, se dresser la Peur sur mon chemin ;
Satan fausse mes yeux, l'ennui rouille ma main,
Et l'ombre de la Mort devant moi se prolonge.

Reviens donc, bonne étoile, à mon triste horizon.
Unique espoir d'un fou qui pleure sa raison,
Laisse couler sur moi ta lumière placide ;

Luis encore ! et surtout, cher Astre médecin,
Accours me protéger, si jamais dans mon sein
Serpentait l'éclair rouge et noir du Suicide.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Les Choses

Les Treize Rêves

© Gabkal.Com