RUTEBEUF, La Pauvreté de Rutebeuf

XIIIème siècle






C'EST DE LA POVRETEI RUTEBUEF

I

Je ne sai par ou je coumance,
Tant ai de matyere abondance
Por parleir de ma povretei.
Por Dieu vos pri, frans rois de France,
Que me doneiz queilque chevance,
Si fereiz trop grant charitei.
J'ai vescu de l'autrui chatei
Que hon m'a creü et prestei:
Or me faut chacuns de creance,
C'om me seit povre et endetei.
Vos raveiz hors dou reigne estei,
Ou toute avoie m'atendance.

II

Entre chier tens et ma mainie,
Qui n'est malade ne fainie,
Ne m'ont laissié deniers ne gages.
Gent truis d'escondire arainie
Et de doneir mal enseignie:
Dou sien gardeir est chacuns sages.
Mors me ra fait de granz damages;
Et vos, boens rois, en deus voiages
M'aveiz bone gent esloignie,
Et li lontainz pelerinages
De Tunes, qui est leuz sauvages,
Et la male gent renoïe.

III

Granz rois, c'il avient qu'a vos faille,
A touz ai ge failli sans faille.
Vivres me faut et est failliz;
Nuns ne me tent, nuns ne me baille.
Je touz de froit, de fain baaille,
Dont je suis mors et maubailliz.
Je suis sanz coutes et sanz liz,
N'a si povre juqu'a Sanliz.
Sire, si ne sai quel part aille.
Mes costeiz connoit le pailliz,
Et liz de paille n'est pas liz,
Et en mon lit n'a fors la paille.

IV

Sire, je vos fais a savoir,
Je n'ai de quoi do pain avoir.
A Paris sui entre touz biens,
Et si n'i a nul qui soit miens.
Pou i voi et si i preig pou;
Il m'i souvient plus de saint Pou
Qu'il ne fait de nul autre apotre.
Bien sai Pater, ne sai qu'est notre,
Que li chiers tenz m'a tot ostei,
Qu'il m'a si vuidié mon hostei
Que li credo m'est deveeiz,
Et je n'ai plus que vos veeiz.

Explicit.

______

Traduction

LA PAUVRETÉ DE RUTEBEUF

I

Je ne sais par où commencer,
Tant la matière est abondante,
Pour parler de ma pauvreté.
Pour Dieu, je vous prie, noble roi de France,
De me donner quelques subsides :
Vous feriez un grand acte de charité.
J'ai vécu du bien d'autrui
Que l'on me prêtait à crédit :
À présent personne ne me fait plus d'avance
Car on me sait pauvre et endetté.
Quant à vous, vous étiez hors du royaume,
Vous en qui j'avais toute mon espérance.

II

La vie chère et ma famille,
Qui n'est pas à la diète et ne perd pas le nord,
Ne m'ont laissé ni argent ni ressources.
Je rencontre des gens habiles à s'esquiver
Et peu entraînés à donner :
Chacun s'entend à garder ce qu'il a.
La mort de son côté m'a fait grand tort,
Vous aussi, vaillant roi (en deux voyages
Vous avez éloigné de moi les gens de bien),
Et aussi le lointain pélerinage
De Tunis, qui est un lieu sauvage,
Et la maudite race des infidèles.

III

Grand roi, si vous me faites défaut,
Alors tous m'auront fait défaut, sans exception.
La subsistance me fait défaut ;
Nul ne m'offre rien, nul ne me donne rien.
Je tousse de froid, je baille de faim,
Je suis dans la détresse, à la mort.
Je n'ai ni couverture ni lit,
Il n'est plus pauvre que moi d'ici à Senlis.
Sire, je ne sais où aller.
Mes côtes se frottent au paillis,
Et lit de paille n'est pas lit,
Et mon lit n'est fait que de paille.

IV

Sire, je vous le dis,
Je n'ai pas de quoi acheter du pain.
À Paris, je suis au milieu de toutes les richesses,
Et il n'y a rien de tout cela qui soit à moi.
J'y vois peu et je reçois peu :
Je me souviens plus de saint Paul
Que d'aucun autre apôtre.
Je connais mon Pater, mais pas ce qu'est noster,
Car la vie chère m'a tout ôté :
Elle a si bien vidé ma maison
Que le credo m'est refusé.
Je n'ai que ce que vous voyez sur moi.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


(En préparation)

© Gabkal.Com