Renée VIVIEN, Caravanes

Flambeaux éteints, 1907






C’est le soir... On entend passer des caravanes...
Rythmiques, les chameaux allongent leurs pas lourds,
La clochette à leur cou jette des refrains sourds...
Smyrne dort, du sommeil repu des courtisanes.

Dans un jardin créé par les mains de la nuit
De fabuleux jasmins déroulent leurs lianes,
Et mes rêves s’en vont, comme des caravanes,
Vers le désert charmant où mon cœur les conduit...

Mes songes, défilant en lentes caravanes,
Et portant leurs fardeaux de désirs et d’espoirs,
S’en vont, au bruit lointain des cloches, dans les soirs,
Vers la Maîtresse brune aux poignets diaphanes.

Orientalement immuable, elle attend,
Sultane triste, avec les yeux noirs des sultanes,
Et peut-être, entendant passer mes caravanes,
Ses yeux les suivront-ils dans leur marche, un instant...

Les sources, les palmiers, les dattes, les bananes
Lui font un grand décor clouté de tamaris.
Elle seule règne en l’incroyable oasis
Que cherche vainement la soif des caravanes.

Interdite aux regards, à leurs ferveurs profanes,
Beauté captive aux longs loisirs pleins de regret,
Ma Maîtresse repose en un palais secret
Où mes rêves s’en vont, comme des caravanes...





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


(En préparation)

© Gabkal.Com