Aloysius BERTRAND, La Chambre gothique

La Nuit et ses prestiges, Gaspard de la Nuit, 1842






Nox et solitudo plenœ sunt diabolo. Les Pères de l'Église.
La nuit, ma chambre est pleine de diables.

Oh ! — la terre, — murmurai-je à la nuit, — est un calice embaumé dont le pistil et les étamines sont la lune et les étoiles !

Et les yeux lourds de sommeil, je fermai la fenêtre qu'incrusta la croix du calvaire, noire dans la jaune auréole des vitraux.

*

Encore, — si ce n'était à minuit, — l'heure blasonnée de dragons et de diables ! — que le gnome qui se soûle de l'huile de ma lampe !

Si ce n'était que la nourrice qui berce avec un chant monotone, dans la cuirasse de mon père, un petit enfant mort-né !

Si ce n'était que le squelette du lansquenetLansquenet. - Fantassin allemand servant en France comme mercenaire, aux XV° et XVI° siècles. emprisonné dans la boiserie, et heurtant du front, du coude et du genou !

Si ce n'était que mon aïeul qui descend en pied de son cadre vermoulu, et trempe son ganteletGantelet. - Gant de peau couvert de lames de fer, d'acier, qui faisait partie de l'armure. Gant de cuir épais pour la chasse au faucon. dans l'eau bénite du bénitier !

Mais c'est Scarbo qui me mord au cou, et qui, pour cautériser ma blessure sanglante, y plonge son doigt de fer rougi à la fournaise !





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Perdue et retrouvée

© Gabkal.Com