Pétrus BOREL, Hymne au soleil

Rhapsodies, 1832






À André Borel

Pauvre bougre !
Jules JANIN

Là dans ce sentier creux, promenoir solitaire

Je viens tout souffreteux, et je me couche à terre

Je viens couver ma faim, la tête sur la pierre,

Pour étancher un peu ma brûlante paupière;

Là-bas dans la cité, l'avarice sordide

Au mouton-peuple on vend le soleil et le vide;

Mais sur tous, tous égaux devant toi, soleil juste,

Qui ne sont pas plus doux au front d'un sire auguste,





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Prologue de Madame Putiphar

© Gabkal.Com