SULLY-PRUDHOMME, Ici-bas

Stances, La Vie intérieure, 1865






Ici-bas tous les lilas meurent,
Tous les chants des oiseaux sont courts ;
Je rêve aux étés qui demeurent

Ici-bas les lèvres effleurent
Sans rien laisser de leur velours ;
Je rêve aux baisers qui demeurent

Ici-bas tous les hommes pleurent
Leurs amitiés ou leurs amours ;
Je rêve aux couples qui demeurent





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Femmes

© Gabkal.Com