SULLY-PRUDHOMME, Idylle muette

Le Prisme, 1879-1888






À Madame Isabelle Lafenestre

Naïs, vierge blonde à l'œil noir,
Au bord du fleuve agenouillée,
Y mire sa bouche mouillée
Par le mobile et frais miroir.

Hylas la voit, cueille une rose,
La baise, la porte à son cœur,
La pénètre de sa langueur
Et sur l'eau qui s'enfuit la pose.

De tous les écueils triomphant
La fleur va rapide et légère
Puis, odorante messagère,
S'arrête aux lèvres de l'enfant.

Ah ! souris ou du moins pardonne,
Vierge, à ce timide baiser,
Tu ne peux pas le refuser :
C'est une fleur qui te le donne.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Femmes

© Gabkal.Com