Tristan CORBIÈRE, À ma jument souris

Les Amours jaunes, 1873






Pas d'éperon ni de cravache,
N'est-ce pas, Maîtresse à poil gris...
C'est bon à pousser une vache,
Pas une petite Souris.
Pas de mors à ta pauvre bouche :
Je t'aime, et ma cuisse te touche.
Pas de selle, pas d'étrier :
J'agace, du bout de ma botte,
Ta patte d'acier fin qui trotte.
Va, je ne suis pas cavalier...

— Hurrah ! c'est à nous la poussière !
J'ai la tête dans ta crinière,
Mes deux bras te font un collier.
— Hurrah ! c'est à nous le hallier !

— Hurrah ! c'est à nous la barrière !
— Je suis emballé : tu me tiens —
Hurrah !... et le fossé derrière...
Et la culbute !... — Femme tiens !!





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Rondels pour après

Épitaphe

© Gabkal.Com