Léon VALADE, La Porte d'azur

Paysages et fantaisies, À mi-côte, 1869-1874






À J. Piétra

Dans le mur du parc une baie ouverte,
Que la vigne folle obstruait en vain,
Laissait resplendir un azur si fin
Au bout de l'allée assoupie et verte ;

Le saphirSaphir. - Bleu lumineux. du ciel est plus pâle, certeCerte. - Certes (licence poétique). !
Et je n'eus le mot de ce bleu divin
Que quand je te vis frissonner sans fin,
Mer céruléenneCéruléenne. - D'une couleur bleuâtre. à mes yeux offerte.

— Sinon, j'aurais lu, gravé sur le seuil :
"C'est par là qu'on peut, de la terre en deuil,
Aller au féerique Idéal, au Rêve !"

Et j'aurais cru voir, tel que Dieu jadis
En permit aux saints la vision brève,
L'huis entrebâillé des bleus paradis.





Laisser un Commentaire

Pseudo

Email

Commentaire

Voir tous les Commentaires



Retour


Madrigaux amers

© Gabkal.Com